De Castelveyre à Saint Mitre : les mystères d’une migration

Castelveyre (ou Château Vieux) est la dénomination de la dernière occupation connue de Saint Blaise. On sait que la cité antique fut détruite, puis réoccupée, à plusieurs reprises au cours de l’histoire, mais Castelveyre était vraisemblablement alors réduite à un petit site resserré autour de la Chapelle romane actuelle.

Si on crut longtemps, que la cité médiévale fut détruite vers 1395, lors d’une « trêve » de la Guerre de Cent ans, par un raid des bandes armées du redoutable Seigneur des Baux, Raymond de Turenne, dont on connait par ailleurs nombre d’actes criminels, on pencherait aujourd’hui plutôt en faveur d’un abandon progressif. Vraisemblablement consécutif à la redoutable Peste noire de 1348, ce que semblent reconnaître les motivations de l’Acte d’union avec Saint Mitre pris vers 1410 par l’archevêque suzerain d’Arles.

C’est d’ailleurs ce que tendent à confirmer les fouilles archéologiques.
Si les premiers travaux conduits par Henri Rolland dans les années 1930, ne firent qu’effleurer le sujet, le dégagement des sépultures mené systématiquement depuis l’été 2013 par les équipes de Jean Chausserie Laprée et Marie Valenciano, n’ont pas décelé la moindre trace de mort violente, ni même d’incendie du site.

En revanche, que les derniers habitants de Castelveyre soient allés grossir le castrum originel de Saint Mitre, cela ne fait plus guère de doute.

Pour preuve, dès 1407, les Saint Mitréens sont autorisés d’ériger à leur frais contre allègement d’impôt, ce rempart  élargi que nous connaissons encore aujourd’hui, pour se prémunir des ravages que connait alors la Provence en proie à l’anarchie.

Mais là où les choses deviennent pour le moins curieuses, ce sont les ressemblances troublantes avec le Bourg Saint Sauveur d’Aix-en Provence. Même plan d’urbanisme ovoïde avec croisée orthogonale du cardo et du décumanus (les 2 rues principales), même référence, d’autant plus intéressante qu’elle est rare au Saint Patron, vigneron d’origine grecque, Saint Mitre, même abondance en sources d’eau

St Sauveur Aix en Provence et St Mitre des similitudes

Et quand on sait que les sites originaux d’Entremont et de Saint Blaise furent détruits par les mêmes légions romaines en 125 et 123 av JC, pourquoi ne pas imaginer ensuite des fondations similaires ?

Or, il est bien connu que le Bourg Saint Sauveur d’Aix correspond très exactement à l’antique Aquae Sextia, fondée par le Consul romain Sextius.

Dès lors, pourquoi ne pas imaginer une fondation similaire à Saint Mitre, à proximité d’une branche secondaire de la voie Aurélia ?

Alors, Saint Mitre, une cité gallo-romaine ? Pourquoi pas ? Reste encore à le prouver.

Denis Barroéro

Hits: 28

Laisser un commentaire